Environnement, Santé : les Trophées couronnent la recherche

A l’occasion de ses Trophées 2018, la Fondation Air Liquide a récompensé deux projets de recherche en lien avec ses missions, l’environnement et la santé. Le premier projet, mené par le Docteur Cyril Marchand, géochimiste à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), vise à étudier la capacité de la mangrove à fixer le CO2. Le second, dirigé par le Professeur Dinh-Xuan de l’Université Paris Descartes, se penche sur une maladie rare provoquant une inflammation pulmonaire. Retour sur ces projets soutenus par la Fondation.

Trophée Environnement pour l’étude de la mangrove

L’Institut de Recherche pour le Développement a développé un observatoire international dédié à la préservation de cet écosystème. « Nous avons choisi trois pays – Nouvelle Zélande, Nouvelle Calédonie et Vietnam -, pour avoir accès à trois types de climat différents et à trois types de biodiversité » souligne Cyril Marchand. Le chercheur indique en effet que « les sols de mangrove peuvent capturer 10 à 20 fois plus de carbone – et donc de CO2 transformé en matière organique – qu’une forêt classique, car ces sols sont gorgés d’eau. »

Le projet mené au Vietnam, qui a reçu les faveurs du jury, a pour objectif de définir les scénarios d’évolution de la mangrove de Can Gio afin de mieux anticiper les changements climatiques à venir. Il implique des chercheurs locaux, formés par Cyril Marchand pour analyser les flux et les concentrations de CO2 dans les différentes strates de la mangrove. Financés par la Fondation Air Liquide, des instruments de mesure ont ainsi été installés au sein de la mangrove pour permettre de mesurer en continu les échanges de CO2 entre l’atmosphère et l’écosystème.

Le mot du parrain

Le soutien de la Fondation a permis de jeter les bases de données scientifiques pour comprendre cet écosystème et de former des étudiants vietnamiens.

Tracey Jacksier

Tracey Jacksier

Global Technology Director,
Centre de Recherche et Technologie du Delaware d’Air Liquide,
USA


Trophée Santé pour la recherche sur une maladie rare

L’Université Paris Descartes travaille activement sur la prévention de la Sclérodermie Systémique (ScS), une maladie auto-immune qui se caractérise par l’apparition d’une fibrose progressive de la peau et de plusieurs organes internes, dont les poumons. « Il n’existe pas de traitement curatif », explique le Professeur Dinh-Xuan, responsable du projet de recherche à l’hôpital Cochin, qui voit dans ce projet un véritable défi à relever. « Le but de notre travail est de détecter cette atteinte pulmonaire au stade des premiers signes de la fibrose, alors qu’elle est encore réversible. La présence de traces de monoxyde d’azote dans l’air expiré par un sujet est synonyme d’une inflammation pulmonaire » explique le Professeur Dinh-Xuan. Une détection précoce permettrait de traiter au plus tôt les patients atteints du ScS. Financé par la Fondation Air Liquide, un appareil de mesure de la concentration du monoxyde d’azote expiré a été acquis ainsi que des molécules nécessaires à la réalisation des travaux de recherche.

Le mot du parrain

L’équipe de recherche a fait un remarquable travail innovant sur une maladie rare et très invalidante.

Marc Lemaire

Marc Lemaire

International Senior Expert,
R&D Air Liquide Santé Internationale,
Centre de Recherche Paris-Saclay